Diabète de type 1: Prolonger la lune de miel

Souvent lors du diagnostic du diabète de type 1, le pancréas n’est pas encore totalement détruit et un bon traitement insulinique entraîne des baisses de doses et souvent un excellent équilibre, mais cela ne dure pas, c’est pourquoi le terme de « lune de miel » est utilisé. Comme le diabète de type 1 est une maladie autoimmune, préserver les cellules restantes au moment du diagnostic est une idée qui a trotté dans la tête de nombreux chercheurs. Cependant les effets néfastes des immunosupresseurs l'emportent souvent sur les avantages, comme par exemple la cyclosporine et d’autres études sur différents immunosuppresseurs ultérieurement menées. Une nouvelle étude sur un autre produit (GAD) montrant une certaine efficacité entraîne des questions et observations intéressantes. Comment mesurer correctement l’activité résiduelle du pancréas ? La complexité de la réaction autoimmune impliquant de nombreuses protéines reste décourageante. Les observations chez les animaux ne sont pas transposables directement chez l’homme. Aussi si les recherches se poursuivent intensément, le diabète est une maladie qui se soigne bien et qui permet une vie normale avec quelques contraintes, aussi avant de penser à l'efficacité d’un traitement, il faudra tout d'abord donner toute sécurité à une intervention immunitaire.

New England Journal of Medicine, 8 octobre 2008

En cliquant sur les choix proposés dans le menu à gauche vous obtiendrez des informations complémentaires extraites de publications scientifiques ou autres manuels, à lire avec prise en compte de vos propres besoins et souhaits.