Points pratiques sur les injections

Se piquer à travers les vêtements

Avec le traitement multi injections et l'usage des stylos, l'injection se pratique le plus souvent dans les lieux les plus divers. La discrétion étant un mode de vie de la majorité de nos concitoyens, effectuer l'injection le plus rapidement possible sans modifier son attitude, sans troubler son environnement, et choisir précisément l'heure à laquelle l'injection est effectuée est devenu un objectif de nombreux insulino traités. Quoi de plus spontané que de piquer le plus rapidement possible au travers de sa chemise. Dans ce cas, les férus de l'asepsie lèvent les bras au ciel de désespoir!... , mais une étude scientifique récente montre qu'il n'y a aucun inconvénient à cette pratique. Doris Fleming a réalisé une très sérieuse étude sur 50 personnes traitées par insuline, âgées en moyenne de 41 ans avec un diabète d'une durée moyenne de 14 années. Les résultats montrent, après une étude sur 13720 injections au travers des vêtements, qu'aucune complication (abcès, rougeur, ...) n'a été observée. Les seuls désagréments observés furent de temps à autre une petite tache de sang sur la chemise. En conclusion il est noté "It is safe and convenient to inject insuline through clothing" soit "Sur et pratique, l'insuline peut être injectée au travers des vêtements"

Diabetes Care, Mars 97, page 244

La précision des stylos injecteurs

Une évaluation comparative de plusieurs stylos injecteurs d'insuline a été effectuée par une équipe allemande. Pour vérifier la précision, ils ont utilisé un traceur radioactif. La conclusion n'est pas surprenante. Heureusement pour les utilisateurs de stylos, qui nous le croyons, s'en seraient déjà rendu compte : les stylos ont une précision suffisante. Les stylos neufs comme les stylos utilisés depuis plusieurs mois ont été testés. Leur marge d'erreur est toujours inférieure à 5%. C'est à dire que pour une injection de 10 unités l'erreur est inférieure à la demie unité. Les auteurs concluent leur étude en précisant qu'il n'y a aucune raison de privilégier tel ou tel type d'injecteur pour sa précision.

Injecter dans le tissus sous cutané ou dans le muscle?

Vous avez été formé pour effectuer l'injection dans le tissu sous cutané, car si l'injection est trop profonde, elle se fait dans le muscle. C'est plus douloureux et l'insuline est absorbée plus rapidement. Lorsque l'insuline est absorbée trop rapidement cela peut entraîner une hypoglycémie. Le profil d'action de l'insuline perd sa reproductibilité d'un jour sur l'autre. Avec le matériel actuel, ce sont les enfants qui sont les plus exposés à s'injecter accidentellement l'insuline dans le muscle, car le tissu sous cutané est beaucoup moins épais. Une équipe parisienne (Michel Pollak et collaborateurs) a étudié les techniques d'injection de 31 garçons et 28 filles de 10 à 12 ans, diabétiques depuis 3 ou 4 ans. Avec un détecteur à ultrasons, les chercheurs ont observé si l'extrémité de l'aiguille était dans le tissu sous cutané ou dans le muscle. 52 enfants utilisaient les seringues, 7 utilisaient un stylo. Sur 59 injections, 30 étaient effectuées dans la cuisse, 25 dans le bras, 3 dans les fesses, et une dans l'abdomen. La plupart des injections étaient faite à angle droit en pinçant légèrement la peau avec la main entière pour faire un léger bourrelet. Dans les résultats publiés 31 % des injections étaient effectuées dans le muscle. Les injections dans le muscle concernaient plutôt les garçons. Les enfants qui réalisaient leurs injections dans le muscle étaient parmi les plus maigres. Deux solutions sont proposées par les expérimentateurs : utiliser des aiguilles plus courtes et ou effectuer un bourrelet de peau un peu plus important pour éviter d'atteindre le muscle.

Diabetes Care, 1996; 19, pages 1434-1436

En cliquant sur les choix proposés dans le menu à gauche vous obtiendrez des informations complémentaires extraites de publications scientifiques ou autres manuels, à lire avec prise en compte de vos propres besoins et souhaits.