Hérédité et diabète de type 1

Diabète de type 1 dans votre famille

La prédisposition héréditaire du diabète de type 1 a été mise en évidence depuis longtemps, cependant elle a peut être été sous estimée par la forme des enquêtes menées. Une équipe danoise vient de publier dans la revue européenne 'Diabetologia' une étude montrant que lorsqu'une personne dans une famille avait le diabète, les frères, les soeurs ou les pères et mères étaient nombreux à avoir cette maladie, si l'on prenait un recul d'années suffisant pour l'observer. Si une personne était diagnostiquée avec un diabète de type 1 dans une famille, des études précédentes avaient montré que de 15 à 20 % de son entourage proche (frère, soeur, père ou mère) avaient également un diabète de type 1. Les danois ont donné un questionnaire à remplir aux diabétiques de type 1 qui avaient au moins 50 ans et qui avaient leur diabète depuis au moins 30 ans. Il leur était demandé de préciser combien de personnes dans leur famille proche était diabétique insulino dépendant. 73 sur les 291 personnes étudiées avaient un diabète dans leur famille proche, ce qui fait près de 25 %. Ce taux beaucoup plus élevé que les enquêtes précédentes est à mettre en relation avec la durée de vie avec le diabète beaucoup plus longue. Un diabétique de 30 ans ne peut pas dire si son fils de 5 ans sera jamais diabétique, le sera dans 5 ans ou dans 20. Cette étude montre que le risque connu de voir le diabète apparaître dans sa famille est tout simplement un peu plus élevé qu'on le croyait.

Diabetologia , Tome 37, pages 321 à327, 1994

Le risque pour les parents proches de devenir diabétique

Quand un membre de lafamille est diabétique de type 1, insulinodépendant, les parents au premierdegré (père, mère, frère, soeur, enfants) ont plus de risques de devenirdiabétique. Les études précédentes trouvaient que 5 à 19 % des personnes avecun diabète de type 1, avaient des parents au premier degré avec ce mêmediabète. Une nouvelle étude, menée au Danemark, suggère que ces estimationsseraient des chiffres un peu bas parce que les chercheurs ne suivaient pas lesfamilles assez longtemps. Dans cette étude les chercheurs danois donnaient desquestionnaires aux patients suivis dans leur clinique, âgés d'au moins 50 anset diabétiques de type 1 depuis au moins 30 ans. Le questionnaire demandaitcombien de parents avaient le diabète de type 1. Parmi les 291 sujets, 73 (prèsde 25 %) ont déclaré avoir un ou des parents proches avec le diabète de type 1.Beaucoup d'études précédentes avaient suivi seulement les enfants ou lesadolescents et pendant une courte période de temps. Cette étude permet decollecter les informations sur plusieurs décennies, ce qui est toujours unetâche délicate en médecine. Elle permet d'avoir une vision plus réaliste deschoses.

Diabetologia 1994, numéro 37, pages 321-27

En cliquant sur les choix proposés dans le menu à gauche vous obtiendrez des informations complémentaires extraites de publications scientifiques ou autres manuels, à lire avec prise en compte de vos propres besoins et souhaits.