Le "French paradox" serait-il expliqué par notre bonne alimentation et notre vin?

Le célèbre journal scientifique londonien "The Lancet" publie une étude américaine de l'université de San Diego en Californie, sur la particularité de la France et de ses habitants a avoir un des plus bas taux de mortalité dû aux maladies des artères du coeur (les coronaires) parmi les pays industrialisés. Nos amis d'outre altlantique appellent ce phénomène "The French paradox". Les diabétiques sont très concernés dans la mesure où leur risque dans ce type de maladie est multiplié par deux ou trois. Cette étude compare les différentes consommations de vins, de bières, de légumes et de fruits avec la mortalité coronarienne dans 21 pays industrialisés. La France, nous le savions, occupe la première place dans la consommation en alcool, essentiellement en vin. Par contre, elle occupe l'avant-dernière place pour la mortalité coronarienne. Plusieurs articles ont déjà signalé le caractère protecteur qu'aurait une consommation quotidienne très modérée en alcool (1 à 2 verres de vin) sur la maladie coronarienne. Cependant les auteurs soulignent que la consommation importante de graisses animales et la faible consommation en fruits et légumes ont également, depuis longtemps, été corrélées avec une surmortalité cardiaque.

La France privilégiée

La France se situe parmi les pays qui privilégient la consommation de fruits et de légumes et dont la consommation de graisses animales reste dans la moyenne. Si les auteurs observent qu'il existe une corrélation entre l'alcool du vin et la faible mortalité coronaire, ils n'observent aucune relation entre la consommation d'alcool de vin et la mortalité générale. Ce qui laisse entendre, et c'est connu depuis longtemps, que la consommation excessive d'alcool est liée à une faible longévité.

L'utilisation du vin pour des objectifs cardioprotecteurs ne peut pas être encouragé

Cette équipe scientifique conclue que bien le ratio risques/bénéfices varie en fonction des individus, l'utilisation du vin pour des objectifs cardioprotecteurs ne peut pas être encouragé. En conclusion, nos habitudes alimentaires traditionnelles avec une alimentation bien équilibrée, riche en fruits et en légumes, accompagnées ou non d'un bon verre de vin, sont à privilégier. Et si la mode et les habitudes alimentaires nord-américaines tendent à s'imposer insidieusement, nous devons, pour notre propre bien être, tout faire pour s'en préserver.

Dans le menu vertical, sur la gauche, vous avez un choix d'informations et d'extraits de publications scientifiques sur la nutrition, à lire avec prise en compte de vos propres besoins et souhaits et des réserves dues à ce type de publications spécifiques.