Un dîner chez des amis

La vie peut imposer des heures de repas irrégulières (travail en "Trois-huit", commerce, etc.). Le plaisir permet de temps à autre de profiter d'une grasse matinée, de couchers tardifs, etc. Rien n'est impossible pour un diabétique responsable. La meilleure solution est d'avoir un schéma de traitement avec un débit de base d'insuline, et des injections d'insuline rapide avant les repas, dont les horaires sont relativement libres. Ce type de traitement est assuré par 4 injections ou une pompe à insuline. Les invitations et les repas d'affaires s'intégreront très bien avec un tel traitement.
Si le décalage est occasionnel (invitation chez des amis, réveillon, cérémonies...), il faut essayer d'adapter le traitement de façon à déséquilibrer le moins possible votre diabète.

Par exemple, vous êtes traité par 2 ou 3 injections d'insuline par jour avec une injection du soir vers 19 heures. Invité à dîner le soir l'horaire du repas n'est pas connu, probablement entre 20 h 30 et 21 h 30, après un long apéritif.
La solution suivante est à proscrire, car elle est dangereuse: vous injectez votre insuline à l'heure habituelle sans manger. La consommation d'alcool à jeun (apéritif) ou le décalage d'horaire du repas vous expose à une hypoglycémie sérieuse.
La deuxième solution est plus raisonnable, mais contraignante: injection à l'heure habituelle suivie d'une collation (pain ou biscuits par exemple), l'apport glucidique est complété lors du dîner en jouant sur les équivalences. L'inconvénient principal est de ne pas avoir très faim au moment du repas et d'être considéré comme un mauvais convive.
La troisième solution est de décaler l'injection juste au moment de se mettre à table. Il n'y aura pas de problème si le repas est pris avec une heure de décalage, mais par contre, vous risquez d'avoir une hyperglycémie importante si le décalage est de l'ordre de 2 à 3 heures (et un chevauchement le lendemain matin).
La quatrième solution est de demander à passer à table à une heure raisonnable (pas toujours possible).
La dernière solution est de prendre votre repas du midi un peu plus tard et retarder l'injection du midi d'autant. La couverture de la soirée sera ainsi assurée et vous réalisez votre injection du soir au moment de passer à table.
La bonne connaissance de l'action de vos insulines, des équivalences glucidiques et un peu de réflexion permettent le plus souvent de trouver une solution acceptable.

N'oublier pas de vérifier le bien-fondé de votre raisonnement sur des glycémies capillaires.