Quel apéritif choisir?

L'alcool à jeun favorise les hypoglycémies chez le diabétique traité par des antidiabétiques oraux tels que les sulfamides ou par insuline. L'idéal est de connaître sa glycémie, elle peut être exécutée rapidement et discrètement. Si elle se situe proche de 100 mg/dl, attention si vous prenez un alcool sec, style Whisky, l'hypoglycémie est presque certaine, car l'alcool bloque la production de glucose par le foie. Dans cette situation, pourquoi ne pas goûter à un vin doux plus sucré. Le sucre contenu dans cet apéritif (10 à 15 grammes) peut compenser la baisse de sucre due à l'alcool, mais il faut être prudent. Eviter toujours, à moins d'une glycémie élevée, de s'injecter l'insuline juste avant un apéritif qui risque de durer, car il faut toujours penser au risque d'hypoglycémie avant un repas. Si la glycémie est à 150 mg/dl ou plus, il est possible de prendre un alcool sec.

N'oublier pas que l'alcool est calorique: 7 kilocalories pour 1 gramme d'alcool. C'est à dire qu'un verre de pastis, de whisky, apporte environ 120 kilocalories.

Les apéritifs sans alcool ont tous leurs charmes. Il est possible de choisir un jus de fruits non resucré, simple (orange, pamplemousse, citron, etc.), un jus de tomates, une eau gazeuse et du citron vert, un cocktail vanille liquide non sucré par exemple, un perrier, etc. Un jus de fruit non resucré apporte l'équivalent d'un fruit.

Pensez également aux "amuses gueules", qui sont soit très caloriques, soit très salés. Privilégier, les crudités, les fruits secs...