Reconnaître les signes d'hypoglycémie disparus

20 à 30 % des diabétiques traités par l'insuline ont perdu les signes d'alerte habituels de l'hypoglycémie. Leur organisme s'est, en quelque sorte, habitué à des glycémies plus basses et n'adresse plus les signes habituels de l'hypoglycémie (sueurs, vertiges, etc.). On se sent bien et on ne voit aucune raison de prendre du sucre. Comment résoudre ce problème à prendre au sérieux ?

Premier moyen : l'autocontrôle glycémique Avec des glycémies proches de la normale, il est probable que le taux de glycémie peut descendre plus facilement, sans signes d'alerte vers les 0,60 gramme, 0,50 gramme. L'autocontrôle permet au moindre doute de vérifier le taux et de le traiter. Donc au moindre signe, à la moindre anomalie, vérifier le niveau de sucre sanguin.

Second moyen : faire réapparaître les signes Un des moyens à utiliser avec prudence, est de relever ses objectifs glycémiques pendant une période de courte durée, un mois ou deux par exemple. L'organisme s'habituant à ces plus hauts niveaux de glycémies fait réapparaître progressivement les signes d'alerte lorsque la glycémie descend à moins de 0,90 gramme. Parlez-en à votre diabétologue, et profitez de l'occasion pour vérifier les variations de l'hémoglobine glyquée en fonction de vos autocontrôles glycémiques.
Si le diabétique ne peut pas "vivre normalement", il peut vivre presque normalement en acceptant "sa différence" au lieu de la nier ou de ruser avec elle en la cachant systématiquement. De même le diabétologue ne peut pas proposer sans se payer de mots, l'objectif de la "normoglycémie", mais il doit se contenter de la "presque normo glycémie"