Comment empêcher les malaises la nuit ?

Il existe plusieurs attitudes pour contrer cet incident. Parmi les moyens disponibles, un des meilleurs paraît être la réalisation d'uneglycémie avant de se coucher. Si le chiffre est égal à 150 mg/dl ou plus, il ya peu de chance que vous fassiez un malaise hypoglycémique dans la nuit. Par contre, si le chiffre se situe entre 120 et 140 mg/dl, il est judicieux demanger un peu de glucides. Par exemple prenez un biscuit ou deux, ou une pomme,ou une orange, ou des fruits secs, etc. Dans un récent article, le ProfesseurA.Grimaldi citait le chocolat dont les glucides sont absorbés assez lentement. En été, les fruits de saison sont une autre source de glucides. Ne pas mangez beaucoup, mais un peu. Si la glycémie est entre 90 mg/dl et 120 mg/dl, vous pouvez prendre plus de fruits, une pomme plus grosse ou un biscuit en plus. Si la glycémie est inférieure à 80 mg/dl, il est bon de prendre 2 ou 3 morceaux de sucre, puis de compléter par des biscuits, un fruit, ou autres glucides devotre choix. Boire un verre d'eau n'est jamais superflu, à ce moment. Le plaisir de grignoter quelque chose juste avant d'aller dormir, n'est absolumentpas à exclure dans ce contexte. Choisissez des glucides que vous aimez, de préférence d'absorption lente. Prévenir un malaise n'est pas obligatoirement contraignant.

Il est peu recommandé d'aller se coucher sans rien prendre si la glycémie est inférieure à 140 mg/dl ou 150 mg/dl. Plusieurs études ont montré que le plus souvent les hypoglycémies la nuit avaient lieu vers 3 heures ou 4 heures du matin. A ce moment les besoins de l'organisme en insuline sont très peu importants. L'insuline de l'injection ou des injections que vous avez pratiquées dans la soirée poursuit son action dans la nuit. Il faut souvent un peu de glucides pour compenser une baisse de la glycémie trop importante due à l'action de l'insuline injectée. Si au coucher la glycémie est supérieure à 140 mg/dl ou 150 mg/dl, il est peu probable qu'elle baisse au-dessous du niveau normal au cours de la nuit. N'oubliez pas de vous lavez les dents après cette collation. Les plus grand progrès à ce niveau sont les nouvelles insulines qui sont apparues sur le marché (Lantus, Lévémir) qui permettent d'abaisser nettement le risque.

Hypoglycémie nocturne fréquente et prolongée

Dans une nouvelle étude sur 176 diabétiques de type 1 (enfants et adultes) traités de manière intensive (pompe ou multiinjections), l'hypoglycémie nocturne s'est produite pendant les 8,5% de nuits pendant 12 mois avec une surveillance continue de la glycémie. Le niveau de HbA1c était inférieur à 10%. 36 467 nuits ont été ainsi analysées. Les événements hypoglycémiques nocturnes se sont produits pendant 8,5% des nuits, avec 47% durant au moins une heure, 23% de plus de 2 heures et 11% durant d’au moins trois heures. L'hypoglycémie nocturne n'a pas été associée à l'âge ou au type d’apport d'insuline (pompe ou multiinjection).

Diabetes Care, mai 2010