Perte de mémoire et glycémie

Beaucoup de diabétiques traités par l'insuline s'inquiètent des conséquences des hypoglycémies sur le cerveau. Il est vrai qu'au cours d'une hypoglycémie on a l'impression de perdre contact, de perdre conscience, d'être abruti. Ensuite lors de la récupération, le cerveau reste un peu dans le brouillard, et il est difficile d'émerger. Il est logique de supposer qu'une hypoglycémie laisse des traces sur le cerveau. Plusieurs équipes scientifiques se sont penchées sur le sujet. Pour résultats, il n'a jamais été noté de conséquences néfastes à long terme sur le cerveau dues aux hypoglycémies.

"Je n'ai plus de mémoire" est une plainte qui revient régulièrement, et la plupart des diabétiques tendent à l'attribuer aux malaises hypoglycémiques. Pourtant il faut tenir compte des années qui passent et dans une brochure sur l'hypoglycémie, le Professeur G. Slama, éminent spécialiste rappelait simplement: "L'auteur de ces lignes trouve aussi qu'il avait beaucoup plus de mémoire lorsqu'il était plus jeune et il n'est pas diabétique traité par l'insuline!...".

Des études récentes ont montré que les capacités cognitives des diabétiques traités par l'insuline n'étaient pas altérées par des glycémies restant dans une zone limite entre 0,5 et 1 gramme. D'autres études ont mis en évidence une légère altération après des hypoglycémies graves. Il faut encore attendre pour mieux saisir les effets à long terme des hypoglycémies. De toutes manières, l'objectif est de les éviter. Il faut chercher les causes et agir en conséquence, même si cette contrainte est difficile.