L'hypoglycémie chez les enfants

Risques d'hypoglycémie chez l'enfant

Une étude sur les risques d'hypoglycémie chez l'enfant vient d'être publiée par Diabetes Care (Vol 20,N°1, Janvier 97, page 22. Cette équipe australienne avait pour objectif de connaître la fréquence et la gravité des malaises hypoglycémiques dans une population d'enfants diabétiques, et de découvrir les formes de traitement qui étaient associés. Cette étude assez importante a concerné 657 enfants agés en moyenne de 12 ans. Les résultats ont montré que 8,5 % des enfants avaient eu une hypoglycémie grave dutant les 3 ans de l'étude. Environ 1 enfant sur 4 a eu un malaise demandant l'assistance d'une autre personne. Plus l'hémoglobine glycposilée est basse et proche de la normale, plus le nombre d'hypoglycémies est grand. Les enfants diagnostiqués récemment avaient beaucoup moins d'hypoglycémies graves. Dans cette étude la moyenne des hémoglobines glycosilées est 9,1 %. Si le quart des hypoglycémies restaient sans explication claire, les autres étaient reliées soit à un repas retardé ou manqué, soit à un exercice trop important, ou encore à une erreur de dosage d'insuline. Les auteurs concluent en soulignant l'importance de l'éducation des parents et des enfants pour éviter les risques d'hypoglycémie, pour les éviter. Il est essentiel pour eux de développer un meilleur contrôle glycémique tout en limitant les hypoglycémies, très mal supportées par les jeunes enfants.

Hypoglycémie sévère chez les enfants

Publiée par Diabetologia Abstract Volume 41 Issue 8 (1998) pp 898-903, une étude effectuée en Hongrie a été réalisée chez 130 enfants diabétiques pour étudier le lien entre l'hypoglycémie sévère et la perte des signes d'avertissement de l'hypoglycémie. Bien entendu ce lien était très fort, les auteurs concluaient en rappelant que dans leur étude 1/3 des épisodes sévères étaient survenus sans signes annonciateurs. La perte de reconnaissance des signes d'avertissement, l'âge, les récentes mesures biologiques étaient des facteurs de risque indépendants les uns des autres.

L'hypoglycémie sévère chez l'enfant

Pas si fréquente avec le traitement multi injection et une bonne hémoglobine glycosilée : Une étude prospective effectuée par Sam Nordfelt sur 146 enfants diabétiques de moins de 18 ans traités par au moins 4 injections quotidienne vient d'être publiée dans Diabetes Care (Avril 97, page 497). L'objectif était de savoir si le traitement intensif, avec une nette amélioration de l'équilibre glycémique, entraînait plus d'hypoglycémies sévères difficilement supportables. De 1992 à 1994 la moyenne annuelle d'hémoglobine HbA1C est passée dans cette étude de 8,1% à 6,9 %. L'incidence d'hypoglycémies graves avec perte de conscience était auparavant de 0,15 à 0,19 événement par année patient. L'incidence d'hypoglycémies demandant l'assistance d'une tierce personne est passée de 1 à 1,26 événement par année patient. Elle concernait 27 à 38 % des patients. Il n'y avait pas de lien significatif avec l'HbA1C, même si une association apparaissait dans certains calculs statistiques. En conclusion, les auteurs rappelaient que le traitement multi injection avec une moyenne annuelle d'hémoglobine glycosilée plutôt basse, n'entraînent qu'une discrète augmentation des hypoglycémies graves parmi leur population d'enfants diabétiques. Optimistes et convaincus ils soulignent que l'on peut obtenir des hémoglobines glycosilées proches de la normale sans augmentation importante des hypoglycémies graves, lorsque le traitement multi injection est combiné avec un excellent autocontrôle, une éducation active et un bon soutien psychologique et social.