Le café pour ressentir plus tôt les hypoglycémies

Le traitement intensifié par l'insuline, avec recherche d'un très strict contrôle glycémique, s'accompagne d'une sorte de désensibilisation de l'organisme aux malaises hypoglycémiques : la glycémie doit être très basse pour que l'on commence à ressentir les premiers symptômes de l'hypoglycémie.
On risque de ce fait, d'une part de laisser passer quelques hypoglycémies, dites non ressenties, et surtout de s'exposer à des hypoglycémies plus graves, car non corrigées suffisamment tôt par la prise de sucre.
Des chercheurs américains (Annals of Internal Medicine, vol. 119, octobre 93) ont essayé de vérifier si la caféine, excitant cérébral connu, pouvait "réactiver" les sensations cérébrales et de ce fait permettre de ressentir plus tôt les premiers symptômes de l'hypoglycémie. Ils ont provoqué chez 8 volontaires non diabétiques une hypoglycémie à deux reprises, une fois sans et une fois après ingestion de l'équivalent de 3 tasses de café.
Dans le 2ème cas, les symptômes et les réponses hormonales régulatrices sont apparues dès 0,7 gramme par litre de glycémie. Ces résultats appellent deux commentaires : des sujets non diabétiques buveurs de café peuvent ressentir des symptômes ressemblant à l'hypoglycémie alors que leur glycémie est pratiquement normale (70 mg/litre) par exemple en fin de matinée. Les diabétiques eux pourraient ressentir plus précocement leurs hypoglycémies s'ils boivent du café. Affaire à suivre..., mais attention aux excès !