Exercice et glycémies

Avant un exercice, avec un diabète de type 1, vous réalisez votre glycémie, le résultat vous conseille de:
- à 90 mg/dl. Traiter l'hypoglycémie (3 morceaux de sucre par exemple) et manger une collation ( 3 ou 4 biscuits, une banane, des fruits secs...) et attendez 10 minutes avant de partir.
- de 100 à 150 mg/dl: sauf si vous venez de manger, prenez des glucides comme ci dessus avec les 3 morceaux de sucre en moins.
- de 150 à 250 mg/dl: effectuez l'exercice mais n'oubliez pas que dans une heure ou deux, la glycémie sera peut être beaucoup plus basse. Il faudra peut être prendre une collation à ce moment.
- 250 mg/dl et plus : rechercher l'acétone dans les urines et s'il y en a, il vaut mieux annuler l'exercice et rééquilibrer votre diabète d'abord en prenant de l'insuline. Il y a urgence. Si vous avez tendance à avoir des pics glycémiques à cette heure, ne vous inquiétez pas trop. Sinon, surveillez attentivement l'évolution de la glycémie pendant votre exercice.

L'hyperglycémie durant un exercice

Il est écrit dans quelques manuels qu'une glycémie élevée au départ d'un exercice le contre-indique, il vaut mieux l'annuler. C'est surprenant puisque l'on répète à la page suivante que l'exercice fait baisser la glycémie. Lors de tout exercice, les besoins en insuline sont limités car la sensibilité des cellules à l'insuline est améliorée, mais il faut toujours de l'insuline. L'explication est là. Si un exercice physique a un démarrage brutal et est très intense, il peut entraîner une élévation de glycémie par la stimulation du foie par le système nerveux sympathique. Si l'insuline manque, l'acétone peut apparaître et aggraver le problème. Il s'agit d'un diabète déséquilibré par une insuffisance d'insuline. Il vaut mieux traiter ce déséquilibre. Mais l'exemple le plus fréquent est le suivant: On a pris un bon petit déjeuner à 8 heures, et la décision de démarrer une randonnée à 9 heures est prise. La glycémie est effectuée, résultat 250 mg/dl. Doit-on annuler la randonnée? Non, si les jours précédents la glycémie de 9 heures est toujours assez haute et celle de 11 heures toujours assez basse. Plusieurs auteurs ont remarqué que le début de la matinée était une période où les glycémies avaient souvent tendance à prendre des ailes (hormones hyperglycémiantes plus élevées à cette période, résistance à l'insuline plus forte, etc.).D'ailleurs si vous vérifiez votre glycémie vers 10 heures ou dix heures 30, après une bonne marche, le résultat vous encouragera vraisemblablement à prendre des glucides. Si par contre il est toujours à 250 mg/dl ou 300 mg/dl, il y a un problème et il vaut mieux revoir rapidement l'équilibre de votre diabète.L'évolution du matériel d'injection actuel (stylos) permet d'effectuer rapidement un supplément d'insuline qui permettra de corriger ce déséquilibre. Un stylo se transporte sans problème lors d'une randonnée.Par exemple avant le repas du midi, quelques unités supplémentaires d'insuline corrigeront vraisemblablement l'excès glycémique.

Contrôle de la glycémie variable suivant le type d'exercice

Suivant une récente étude, il serait plus avantageux de partager son temps entre différentes formes d’exercice plutôt que de consacrer tout le temps à une seule forme. Par exemple marche et gymnastique (mouvements étirement…). Au cours de l'étude, les participants à chacun des trois groupes ont dépensé environ 140 minutes exercice chaque semaine sous supervision, y compris le temps d'échauffement et de récupération. Comparativement au groupe témoin, la réduction absolue du niveau de HbA1c était significative uniquement dans le groupe de formation combinée (-0,34%). Une telle réduction pourrait réduire le risque de maladie cardio-vasculaire de 5% à 7% et les complications microvasculaires de 12%. De toute manière un exercice doit être lié au mode de vie et à une bonne alimentation pour être efficace. Une recherche américaine révèle que que l'interruption du temps assis par de courtes périodes de mobilité modeste peut abaisser la glycémie et des besoins d'insuline jusqu'à 30%. Cette étude montre que les personnes qui sont assises durant de longues périodes, comme les employés de bureau, le personnel de centre d'appels, les hôtesses d'accueil, pourraient améliorer leur état de santé en coupant simplement leur position assise régulièrement. Cette étude a observé qu'une coupure toutes les 20 minutes, juste pour une période d'activité de deux minutes a montré des effets notables. Le conseil a retenir est que les personnes qui travaillent assis à leur bureau devrait se lever au moins toutes les 30 minutes. Même une marche à un rythme modéré est positif. Cela confirme les observations déjà effectuées montrant l'importance d'aller voir son collègue du bureau d'à côté pour lui porter un document au lieu de l'envoyer électroniquement, si on prend l'escalier c'est encore mieux. Dans les publications sur la santé au travail, il y a déjà des recommandations pour les employés pour essayer de prendre une pause face à l'écran de l'ordinateur toutes les 30 minutes pour réduire la fatigue oculaire. Faire un peu de mouvement durant ces pauses, marcher jusqu'à un point de lumière est d'autant plus profitable.

Journal of American Medical Association 24 novembre 2010