Maisons chaudes et télé, 2 point négatifs pour le diabète

Comme la télé est mauvaise !

Chaque heure passée devant la télé augmente votre risque de mort cardiovasculaire de 18% indique cette récente étude, effectuée sur 8 800 personnes de 25 ans et plus. Par rapport aux personnes qui regardent la télévision moins de deux heures par jour, ceux qui restent devant leur écran plus de quatre heures quotidiennement ont 46% de risques en plus de mourir de différentes pathologies, dont essentiellement la mortalité cardiovasculaire directement lié au diabète. Elle indique également un lien très clair entre le fait d’être trop souvent assis et l’augmentation du sucre sanguin et du cholestérol. Les autres causes de décès ne sont pas épargnées même si le lien est plus faible le cancer par exemple est à 9%. Liée directement à l'activité sédentaire, la télé est donc à limiter. Par contre l'exercice utile (activité domestique, travail manuel…) qui a fortement diminué, peut fortement améliorer votre santé. Il en est de même que la marche, le vélo. Si l’activité sportive programmée une heure par semaine n’est pas condamnable et plaisante, elle ne semble pas compenser le manque.

Circulation, Janvier 11, 2009

Les maisons chaudes pourraient augmenter l'obésité et le diabète

Monter le thermostat en hiver peut contribuer à l'épidémie d'obésité et le diabète...Cette étude britannique rappelle que les températures moyennes du salon sont passées de 18,3 ° en 1978 à 19,1 ° en 2008 et les températures de la chambre sont passées de 15,2° à 18,5°. Les humains réagissent au froid grâce à la vasoconstriction et l'abaissement de température de la peau, par la contraction des fibres musculaires squelettiques et par une production de chaleur dans les tissus. Des études ont montré que les dépenses d'énergie sont inversement associées avec le milieu ambiant thermique. Des recherches récentes ont également permis d'expliquer comment la thermogenèse influence le bilan énergétique et le maintien du poids. La consommation alimentaire peut aussi être influencée par les conditions thermiques. Cette recherche plaide en faveur d'un lien de causalité entre le temps passé dans le confort thermique et le gain de poids dans la population.

Obesity Review, january 2011

En cliquant sur les choix proposés dans le menu à gauche vous obtiendrez des informations complémentaires extraites de publications scientifiques ou autres manuels, à lire avec prise en compte de vos propres besoins et souhaits.