Diabète et histoire

Les premiers diabétiques traités par l'insuline

Nous connaissons tous Léonard Thompson, le premier diabétique traité par insuline avec Banting et Best à Toronto. Il est décédé d'un accident de voiture. Au cours de l'année 1922, il ne fut pas le seul à être traité par l'insuline, et beaucoup d'enfants squelettiques firent le voyage de Toronto pour recevoir le médicament magique, et tous n'ont pas eu la chance d'être retenu. La disponibilité du produit restait très limitée car le potentiel de production du petit laboratoire de COLLIPS (chimiste qui fabriquait l'insuline) restait modeste. Parmi les heureux élus, on trouve Théodore Ryder, né en 1916 dans le New Jersey. Il avait 5 ans au printemps 1922, lorsqu'il commença à avoir une soif insatiable, à uriner sans arrêt et à maigrir. L'échéance de la mort était le lot de tous les enfants avant 1922. Le seul traitement disponible qui prolongeait légèrement la vie de ces enfants était de leur faire subir un régime de famine. Un oncle de Ted Ryder réussit à convaincre Banting de prendre en charge l'enfant. Tout se passa pour le mieux et Ted Ryder poursuivit ses études et rentra dans la vie active comme tous ses concitoyens avec la contrainte d'injections quotidiennes d'insuline. En 1983, Michaël Bliss, historien canadien, auteur entre autres de "Discovery of Insulin" entendit parler, lors d'une conférence, d'une personne vivant dans la Nouvelle Angleterre, du nom de Ted Ryder, ayant été traitée par Banting. Ted Ryder vivait paisiblement sa retraite à Hatford. Il a passé sa vie comme libraire, et il est décédé il y a seulement 2 ans, en 1993, d'un infarctus du myocarde à l'âge de 76 ans. Il s'est donc injecté son insuline durant plus de 70 années et a vécu sans problèmes majeurs. Exemple optimiste, qui va se multiplier dans les années à venir pour la durée du traitement insulinique et le "bien-vivre" avec son diabète.

Beethoven diabétique?

Difficile à dire, car les moyens et les techniques d'observation du siècle dernier laissaient à désirer, et les traitements consistaient le plus souvent à laisser faire. Dans un article du Lancet (20 Janvier 1996), des historiens médicaux de Glasgow publient une biographie médicale du célèbre musicien. Beethoven est né à Bonn le 15 décembre 1770. Comme de nombreux artistes, il a eu à se battre contre la maladie (asthme depuis l'âge de 5ans, tuberculose,...). Sa déficience auditive, surprenante pour un musicien si brillant apparut dès l'âge de 28 ans et ne fit que s'aggraver avec le temps. A 44 ans, il ne pouvait plus tenir une conversation. Entre 42 et 50 ans, il fut atteint de troubles gastro intestinaux importants et vraisemblablement d'une pancréatite chronique, ce qui laisse supposer un diabète. Mais qu'est ce qu'un diabète qui ne fait pas souffrir, qui n'a aucun symptôme, face à ses autres handicaps beaucoup plus contraignants. Pour Beethoven les ennuis dus à cette pancréatite ne sont pas les plus importants, il faut combattre l'ensemble des affections dont il est victime, les symptômes, la douleur... On a l'impression que le combat contre une ou des maladies renforce les capacités créatives de certains artistes. Proust a écrit de merveilleux textes sous l'emprise de l'asthme, Puccini a composé de merveilleuses mélodies en luttant contre son diabète. Cézanne n'a-t-il pas perçu et sublimer la lumière et les couleurs en luttant contre les effets d'un diabète mal maîtrisé.

En cliquant sur les choix proposés dans le menu à gauche vous obtiendrez des informations complémentaires extraites de publications scientifiques ou autres manuels, à lire avec prise en compte de vos propres besoins et souhaits.